Chahut résistant dans certaines salles de Paris et de Grenoble pendant la seconde guerre mondiale

Version imprimable

Classification:

Description brève des pratiques: 

De jeunes gens, futurs résistants comme Marc Ferro, manifestent leur hostilité face aux films de propagande nazis dans la France occupée pendant la seconde guerre mondiale, ils sortent de la salle de projection lors des atcualités de type "Wochenschau". Le gouvernement de Vichy promulgue une loi obligeant à éclairer les salles de projection en France lors du passage des actualités allemandes afin que la police puisse repérer les chahuteurs et ceux qui sortent de la salle.

Emplacement: 
Gaieté-Rochechouart
Canada
Détails concernant le(s) lieu(x): 

Des salles de cinéma à Grenoble et à Paris, selon Marc Ferro.

Pays:

Époque - Année: 
1941 - 1943

Description

Projection organisée par:

Statut de l'instance:

Objectifs principaux de la projection:

Précision sur le ou les statuts légaux: 

Les films d'actualités nazis sont imposés aux spectateurs en plus de leur programme princicpal

Dispositif

Précision sur le programme de la séance.: 

Les films d'actualités nazis sont imposés aux spectateurs en plus de leur programme princicpal

Programme de la séance: 
Plusieurs films sont projetés

Type de projection:

Dispositif de projection:

Lieu de la projection: 
Absence de données
Taille de la salle: 
Absence de données

Film(s)

Statut du ou des films par rapport à la projection: 
Film réalisé pour ce type de projection
Connaissance du ou des films projectés: 
No Data

Commentateur(s)

Statut du ou des commentateurs par rapport aux spectateurs: 
Membre de la communauté

Commentaire

Place du commentaire lors de la séance: 
Commentaire partiel
Précision sur la place du commentaire lors de la séance: 

Les spectateurs commencent par sortir silencieusement pour protester contre les films de propagande nazis. Puis ils sortent après avoir dénoncé les films à haute voix. Puis, une fois que l'éclairage est obligatoire lors des séances, ceux qui l'osent encore sortent discrètement lors des actualités nazies.

Type du commentaire par rapport au(x) films projectés: 
Autre
Précision sur la place du commentaire par rapport au(x) films projectés: 

Dénonciation, protestation.

Place du commentaire par rapport à la salle de projection: 
Commentaire destiné à l'ensemble des spectateurs
Précisez la place du commentaire par rapport à la salle de projection.: 

Les commentaires et les protestations sont suffisamment bruyants et ostentatoires pour qu'une loi soit votée afin d'éclairer la salle pendant els projections des actualités nazies et que la police établisse des rapports.

Langue(s) du commentaire:

Ton du commentaire:

Qualité du commentaire:

Public

Nombre de spectateurs: 
Absence de données
Types d'attitudes du public: 
Autre
Précision sur le ou les types d'attitudes du public: 

Seuls quelques spectateurs, jeunes, osent critiquer les actualités et sortir de la salle.

Langue(s) parlée(s) par les spectateurs:

Commentaires

Observations: 

Témoignage de Marc Ferro, dans la film Propaganda Kompanien de Véronique Lhorme : "Je me rappelle qu'à Grenoble, ou j'étais étudiant en zone donc non-occupée, et à Paris aussi, plusieurs fois, au Gaieté-Rochechouart ou j'allais suivre le mercredi parce que il y avait deux programmes, je me rappelle qu'on sortait au moment des actualités. AU DÉBUT SANS RIEN DIRE. Et puis en 42-43, on sortait et caetara... Et c'est à ce moment-là que le gouvernement de Vichy a ordonné d'allumer les salles au moment des actualités. Pour voir qui sortait. Et il y avait des flics à la sortie, n'est-ce pas ?!?... Ils vous arretaient pas forcément, mais vous deveniez suspect, vous étiez noté et tout et tout et tout".

Sources

Fiabilité des sources: 

À approfondir. Marc Ferro est un historien respecté du cinéma, mais il s'agit là de son témoignage, pas d'un de ses travaux.