Le benshi en territoire américain

Printer-friendly version

Category:

Brief description of practices: 

« Non seulement ces narrateurs exerçaient leur métier dans les salles fréquentées par leur communauté, mais ils faisaient également des tournées pour présenter des spectacles dans les autres villes où se trouvaient des groupes d'immigrants japonais » (Lacasse 2000, p. 96).

Location: 
HI
États-Unis
19° 50' 57.8184" N, 155° 33' 59.0616" W
Los Angeles, CA
États-Unis
33° 58' 47.3124" N, 118° 18' 2.8116" W
San Francisco, CA
États-Unis
37° 46' 14.574" N, 122° 25' 53.9076" W

Country:

Period - Year: 
1900 to 1930
Details about the period: 

« Il y avait au début du siècle à San Francisco, Los Angeles et Hawaï des communautés japonaises assez importantes numériquement, où les bonimenteurs furent encore les incontournables vedettes des spectacles de vues animée. Comme dans leur pays d'origine, ils conservèrent leur position jusqu'à l'arrivée du cinéma parlant » (Lacasse 2000, p. 96).

Layout

Screening program: 
No Data

Type of Projection:

Projection Device:

Location of the projection: 
No Data
Hall Size: 
No Data

Sound Device:

Commentator(s)

Commentator(s): 
Status of the Commentator(s) in relation to spectators: 
Member of the community
No Data

Commentary

Position of Commentary in Relation to Screening: 
Commentary throughout the screening
Position of commentary in relation to screening hall: 
No Data

Language of the Commentary:

Public

Types of audience behaviour: 
No Data

Language(s) spoken by spectators:

Comments

Comments: 

« Pour cette communauté minoritaire, le benshi était l'inamovible commentateur du film, tout comme au Japon, peut-être plus encore qu'au Japon puisqu'il était un des agents caractéristiques d'une performance où étaient réactivés des rituels à forte connotation identitaire. Le film proposait sur l'écran les tropes et la pragmatique narrative de la modernité américaine, mais dans la salle exerçait un interprète qui traduisait ce langage pour un auditoire résolument attaché à d'autres codes » (Lacasse 2000, p. 97).