La belle époque du cinéma brésilien et le film chantant, 1908-1912

Printer-friendly version

Category:

Brief description of practices: 

Le film chantant – comme ils sont nommés au Brésil – constitue le genre cinématogrphique (ou le boniment occupe une place centrale) qui remporta le plus de succès dans les début du cinéma brésilien. Les films chantants sont des adaptations d’operettes et de « revues musicales », un genre typiquement brésilien, comparable au vaudeville américain : des chroniques de coutumes, souvent parodiques, avec musique, dialogues et chansons appartenant à la trame. Mais il y a eu d’autres thèmes adaptés à cette forme de spectacle, même des Passions du Christ. Ces films étaient intérpretés derrière l’écran. Une démonstration importante de la force de cette pratique orale du cinéma est le fait que il y avait des salles avec une troupe d’acteurs permanente, comme l’annonçait la propagande du spectacle Paz e Amor pour le Cinema Rio Branco :  « Grand Première de la monumentale revue de coutumes et actualités de Antônio Simples & Cia.PAZ E AMORMusique du maestro Costa JúniorAvec les notables artistes: Ismênia Mateus, Amica Pellissier, Mercedes Vita, Maria da Piedade, Laura Grassi, Luís Bastos, Cataldi, Santucci, Georgio, Asdrúbal, Rosalvoset les artistes de la Troupe.Choréographie de Tereza Chierini. Grand corps de choeur et orchestre sous la régie du maestro Costa Júnior. Décors de Crispim do Amaral. Habits de F. StorinoFILM DE ALBERTO BOTELHODemain, à partir de 7 heuresPAZ E AMOR [Traduction Felipe].  

Location: 
Brazil
22° 52' 29.676" S, 42° 58' 22.8792" W

Country:

Period - Year: 
1908 to 1912
Details about the period: 

Vicente de Paula Araújo créa l’expression « Belle époque du cinéma brésilien» pour souligner le succès de ces films pendant quatre brèves mais glorieuses années dans un marché qui fut toujours dominé par la production étrangère, d’abord par Pathé et d’autres firmes européennes, puis par le cinéma américain. D’autres auteurs voulurent démontrer que les films étrangers étaient toujours majoritaires dans les salles, mais il sembre évident que, malgré cette plus que probable assertion, les films chantants dominaient l’espace mondain, étaient le sujet des grands chroniqueurs de la presse, mobilisaient l’opinion publique - urbaine et plutôt bourgeoise - sur les principaux événements politiques, sociaux, culturels. Le cinéma brésilien était à la une, et cela fut sa « belle époque », jamais reproduite après.

Layout

Details on screening program: 

Le genre commença par l’adaptation de productions étrangères principalement chantés par des artistes brésiliens. Progressivement, des productions nationales les substituèrent, ainsi 80 films entièrement brésiliens se retrouve parmi les quelques 120 films chantants presentés pendant cette période. La durée de quelques unes de ces productions était formidable pour l’époque : As Aventuras de Zé Caipora (800 mètres) ; A Restauração de Portugal em 1640 (1050 mètres) ; A Vida de Cristo [déclamée] (1250 mètres). Certains films ont atteint des centaines de projections et des centaines de milliers de spectateurs. 

Screening program: 
The film is part of a program involving other types of entertainment (please specify)

Type of Projection:

Projection Device:

Location of the projection: 
The screening was held indoors, in a place dedicated for cinema
Details on the location of the projection: 

Le contexte des films chantants inclut l’éléctrification des grandes villes (1907/1908) qui permit une augmentation marquée du nombre des salles de cinéma fixes ainsi qu’une certaine consolidation et segmentation de son public. Ce fut aussi un temps de changements très importants dans la musique et la chanson populaire brésilien, caractérisé par le début de son enregistrement industriel ainsi que le développement d’une nouvelle renommée des artistes et de ses rapports avec le public.

Hall Size: 
No Data

Sound Device:

Film(s)

Status of film: 
No Data
Status of the film(s) in relation to the projection: 
No data
Knowledge of projected film(s): 
No Data

Commentator(s)

Commentator(s): 
Status of the Commentator(s) in relation to spectators: 
No Data

Commentary

Position of Commentary in Relation to Screening: 
Presentation of the film
Commentary throughout the screening
In transition between different film sequences (ex., during reel change)
In transition between different films
Type of commentary in relation to projected film(s): 
Simple description of film
Adapting projected film to the context of projection
Position of commentary in relation to screening hall: 
Commentary audible to all spectators

Public

Number of spectators: 
No Data
Types of audience behaviour: 
No Data

Comments

Comments: 

On explique la fin des chantants – qui est aussi une débâcle généralisée de la production cinématographique brésilienne – par des changements dans le système d’exploitation, sa monopolisation par une spèce de trust [je ne sais pas ce que Felipe voulait dire avec cette expression - Sacha] dominé par Francisco Serrador, le même à qui on a attribue le premier film chantant, et les accords passés par ce dernier avec les compagnies américaines. En 1912, un seul film de fiction fut réalisé à Rio de Janeiro sans être même diffusé, censuré par la Marine de Guerre, car il faisait allusion à João Cândido, matelot leader d’une fameuse révolte contre les châtiments corporels... 

Sources